Logo Livres en scene

Livres en scène

Rencontres littéraires

26 et 27 août 2017
LA COUPOLE
Villard-de-Lans

Paroles de Nature

Les livres

Les Déferlantes
Les Déferlantes
Claudie Gallay

Résumé :

La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.


Une part de Ciel
Une part de ciel
Claudie Gallay

Résumé :

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse… Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ? Avec une attention aussi intense que bienveillante, Claudie Gallay déchiffre les non-dits du lien familial et éclaire la part d’absolu que chacun porte en soi. Pénétrant comme une brume, doux comme un soleil d’hiver et imprévisible comme un lac gelé, Une part de ciel est un roman d’atmosphère à la tendresse fraternelle qui bâtit tranquillement, sur des mémoires apaisées, de possibles futurs.


Fée d'hiver
Fée d'hiver
André Bucher

Résumé :

Daniel avait vu évoluer Alice, les raquettes aux pieds, un peu en dessous des Rabasses. Il l'avait suivie à distance, accordant ses pas dans les empreintes luisant au soleil telles des gaufres. Pas pour la surveiller, non, juste dans l'hypothèse où elle ferait une mauvaise rencontre. Daniel veilleur de jour. Il l'escortait ainsi lorsqu'il aperçut à son tour les corvidés. Alice, la quarantaine passée, secrétaire de la scierie, entend quitter son mari et échapper à la tyrannie de ses frères. Vladimir, le bûcheron clandestin, fuit son passé. Daniel et Richard, deux vieux frères un peu rock'n'roll qui vivent reclus dans la ferme du Val triste, ont des comptes à régler avec leur enfance. Tous vivent dans un coin de la Drôme, déserte et sauvage. Tous sont des échoués. Mais à force de rêves, ces écorchés-volant parviendront à dénouer le fil de leur existence. pour un hiver de toute beauté !


A l'écart
A l'écart
André Bucher

Résumé :

À l'écart est un récit où l'auteur développe un ensemble de thématiques qui circonscrivent son univers. André Bucher prend la parole et partage sa vision sur le rôle de l'écrivain-paysan, son rapport au temps et aux saisons, l'enracinement au lieu et le déracinement pas l'écriture. Qu'est-ce qu'écrire sur la vallée du Jabron et passer d'une expérience particulière à une vision plus globale ? Au fil de ces textes, André Bucher revient sur l'écologie actuelle, le rapport que ce précurseur de l'agriculture bio entretient avec la nature, le lien qu'il tisse entre ces paysages où il évolue et son imaginaire. À l'écart dessine la géographie intime d'André Bucher, permet de mieux cerner son ouvre et porte au jour des questionnements actuels.


Ce qui a lieu
Ce qui a lieu, essai d’écopoétique
Pierre Schoentjes

Résumé :

Quelle place les littératures contemporaines font-elles à la nature ? Comment représentent-elles nos relations au monde naturel ? Schoentjes propose ici le premier panorama français et européen d’écopoétique : l’étude du rapport entre la littérature et l’environnement naturel. À contre-pied des approches dominantes, Schoentjes s’intéresse à une littérature de nature plus cosmopolite, moins engagée et davantage tournée vers le monde concret. Ce qui a lieu explore l’œuvre d’auteurs célèbres ou à redécouvrir, entre écriture du réel et récits de nature – comme Claude Simon, Jean-Loup Trassard, Pierre Gascar, mais encore l’Italien Mario Rigoni-Stern, le Finlandais Arto Paasilinna… Là où l’écocritique américaine est centrée sur la nature sauvage, cet essai propose de mettre au cœur de l’écopoétique européenne l’idée de lieu. Ce qui a lieu voudrait contribuer à ouvrir un nouveau champ critique.


Quand la nature inspire les écrivains
Quand la nature inspire les écrivains
50 auteurs inspirés par la nature

Résumé :

L’art sait mettre en lumière la beauté de la nature et, notamment la littérature qui nous fait voyager dans des univers très particuliers. Albert Camus et ses paysages nord-africains, Jack London et sa nature dominante en Alaska, Jim Harrison et ses milieux apaisants et sauvages, ou encore George Sand qui décrit si bien la terre, les jardins, les oiseaux… Réunis dans cet ouvrage, 50 grands écrivains nous font vivre leur nature, selon leur courant littéraire mais surtout selon leur propre sensibilité. Pour Virgile et Yourcenar, en passant par Rabelais, Hugo, Giono, Duras, Neruda ou encore par Kerouac, la nature est une véritable source d’inspiration. Quelle soit magnifiée, apaisante, violente ou angoissante, ils la vivent et nous la retranscrivent selon leur courant littéraire mais surtout selon leur propre sensibilité.La fine analyse d’Élisabeth Combres, accompagnée d’extraits méticuleusement sélectionnés pour chaque auteur, ainsi que les 50 portraits réalisés, à l’aquarelle, par Titwane, nous aident à mieux comprendre leurs univers… et à plonger dans leur somptueuse écriture.


Nuée de corbeaux dans la bibliothèque
Nuée de corbeaux dans la bibliothèque
Jean-Pierre Chambon

Résumé :

Qu’en pleine ville soudain le cri d’un corbeau résonne comme une alerte ou que le regard rêveur à la vitre du train se perde dans les détails du paysage happé par la vitesse, quelque chose semble faire signe, incidemment, dans cette fuite, ce décalage. Les choses sont là, à leur place habituelle, et pourtant il émane d’elles une étrange lumière, leur ombre oblique les prolonge vers un autre espace pressenti, qu’elle entrouvre. Cette sensation d’une fêlure, d’une brèche dans le monde commun est ici l’objet de la quête poétique. Par l’élan de l’écriture, parfois la simple description en acte, l’auteur espère entrevoir à nouveau ce passage secret, et le faire entrevoir seulement, car il sait que ses mots et ses images n’auront qu’un pouvoir limité. On aura senti peut-être, au passage, ce qu’a pu être l’ébauche d’un autre monde inabouti. Le cri d’un corbeau au-dessus de la ville a réveillé le corbeau de tous les poètes. Leurs ombres rameutées dans le ciel de la page blanche vont aider à réécrire le monde.


Zélia
Zélia
Jean-Pierre Chambon

Résumé :

La reine Zélia chérissait la vie nomade, mais elle manifestait un sentiment d'adoration quasi maladif à l'égard de ses chaussures, qu elle avait grand peur de salir ou d abîmer au cours de ses déplacements. Elle trouvait du charme à la rudesse des voyages effectués par tous les temps, aux passages escarpés qui mettaient à l'épreuve toute sa caravane, aux rivières brutales qu'il fallait franchir sans se mouiller les pieds, aux aléas des obstacles, ornières et autres manières d'entraves dont le surgissement venait à la distraire de la monotonie des longues équipées. » Ce nouveau livre de Jean-Pierre Chambon suit le cheminement d une souveraine qui, à la vie de château, préfère une existence itinérante. Accompagnée de sa suite et de ses gens rassemblés en une longue caravane, la reine Zélia se déplace sans fin à travers son royaume, un vaste territoire aux frontières incertaines et mouvantes. À la faveur d'une halte, son scribe croit un jour reconnaître une sorte d écriture naturelle sur de longues feuilles poussant à proximité du campement. Saura-t-il la déchiffrer ?


Une part de Ciel
Dernières paroles de Perceval
Emmanuel Merle

Résumé :

La poésie d'Emmanuel Merle nous plonge dans le passé, à une époque où un chevalier, Perceval, interroge son rapport à la terre, à la vie, à la mort. Cet homme est sans mots, muet, et le poète lui prête les siens pour dire le monde qui l'entoure et son monde intérieur. Perceval se fond dans la "terre veuve", la "terre foraine" qui est pour lui à la fois génitrice, amante, et lieu du dernier souffle. De la puissance de l'écriture naissent des images fortes, extrêmement précises : le paysage brut, blanc tâché de rouge, les arbres, les ravins, les lacs, les torrents, les pierres apparaissent comme sur une photographie venue d'un autre temps. La nature agit sur l'homme comme un révélateur de ses forces, de ses fragilités, de sa condition, un miroir à travers lequel le chevalier privé de mots peut exprimer ce qu'il ressent. L'approche de la mort, la rencontre de la souffrance, lui redonnent des souvenirs, une présence, une perception aigüe de ce qui l'entoure, des antennes pour capter le monde et les questions essentielles de l'existence. Un poème profond et dense, servi par une écriture ciselée, magnifique.


Redwood
Redwood
Emmanuel Merle

Résumé :

Quand on a débouché au sommet du col, le soleil venait de nous frapper dans le dos. Un genre de soleil déjà enragé qui bombardait les pierres, bien qu'il ne fût pas encore 9 heures. À s'en protéger il ne fallait même pas penser. Ici la nature ne faisait pas dans le bucolique. Tout était âpre et chaotique. Il n'y avait rien à craindre, mais le paysage donnait la sensation que la beauté et la mort s'entendaient à merveille.»Monologues insolites, ces nouvelles sont comme autant de facettes d'un seul et même personnage, solitaire et désenchanté, blessé par la vie, qui se détourne de la société pour trouver dans la nature rédemption et seconde chance