Logo Livres en scene

Livres en scène

Rencontres littéraires

26 et 27 mai 2018
L’Escandille (Autrans) et Mairie de Méaudre
Autrans-Méaudre en Vercors

Vers libres

Les livres

Illettré
Illettré
Cécile Ladjali

Résumé :

Illettré raconte l’histoire de Léo, vingt ans, discret jeune homme de la cité Gagarine, porte de Saint-Ouen, qui chaque matin pointe à l’usine et s’installe devant sa presse ou son massicot. Dans le vacarme de l’atelier d’imprimerie, toute la journée défi lent des lettres que Léo identifi e vaguement à leur forme. Élevé par une grand-mère analphabète, qui a inconsciemment maintenu au-dessus de lui la chape de plomb de l’ignorance, il a quitté le collège à treize ans, régressé et vite oublié les rudiments appris à l’école. Puis les choses écrites lui sont devenues peu à peu de menaçantes énigmes. Désormais, sa vie d’adulte est entravée par cette tare invisible qui grippe tant ses sentiments que ses actes et l’oblige à tromper les apparences, notamment face à sa jolie voisine, Sibylle, l’infi rmière venue le soigner après un accident. Réapprendre à lire ? Renouer avec les mots ? En lui et autour de lui la bonne volonté est sensible, mais la tâche est ardue et l’incapacité de Léo renvoie vite chacun à la réalité de ses manques : le ciel semble se refermer lentement devant celui que les signes fuient et que l’humanité des autres ignore.

Centré sur le combat de Léo contre son illettrisme, le nouveau roman de Cécile Ladjali est un livre d’énergie et de conviction qui ouvre une voie imprévue et poétique sur ce handicap invisible, poursuivant une réfl exion qui lui est chère autour des mots, de l’école, de la dignité et de l’estime de soi, impossibles sans le langage.


Bénédict
Bénédict
Cécile Ladjali

Résumé :

Bénédict, enfant d’une mère iranienne et d’un pasteur suisse, a grandi entre l’Orient et l’Occident, bercé par la poésie soufie et le souffle de l’Apocalypse, debout au milieu des contraires. Plus tard, devenu Maître Laudes pour ses étudiants, professant la littérature comparée à l’université de Lausanne et, un semestre sur deux, à celle de Téhéran, son enseignement singulier et sa mystérieuse personne inspirent passions et sentiments contradictoires à son public. C’est aussi que Bénédict semble une figure provocante, éminemment androgyne, affranchie des contraintes de sa naissance, prosélyte d’une parole de tolérance et de résistance, qui fait résonner dans les amphithéâtres des mots de liberté, ceux d’une révolution culturelle à conduire, ceux d’un monde où s’effacerait la dramatique et douloureuse séparation entre les sexes.

Roman de la réconciliation à la beauté grave et brûlante, Bénédict interroge les identités fixes et embrasse les genres, ouvrant un espace intermédiaire, entre grâce et pesanteur, vers un corps à corps apaisé par l’amour et la littérature.


Jeux de slam
Jeux de slam
Camille Vorger, Dominique Abry et Katia Bouchoueva

Résumé :

Cet ouvrage permet de découvrir le slam, mouvement contemporain de poésie, à travers 21 artistes français, belges, suisses et québécois. II stimule chez l'apprenant de longue étrangère, maternelle ou seconde le goût de la créativité et de l'oralité par un travail d'écoute, associé à des jeux d'écriture et d'Interprétation. Du jeu ou je, il n'y a qu'un pas : l'atelier slam vise à aider les participants à trouver leur chemin, leur "voix" dans l'écriture et la mise en corps.


Équiper les anges — et dormir, dormir
Équiper les anges — et dormir, dormir
Katia Bouchoueva

Résumé :

Équiper les anges — et dormir, dormir de Katia Bouchoueva. L’impression de ce volume reste l’un des principaux objectifs, pour la saison 2016-2017, de notre nouvelle collection de poésie. Le recueil que nous propose Katia va prendre place parmi les autres ouvrages que nous publions en poésie. Katia Bouchoueva, qui vient de la scène « slam » grenobloise, nous offre ici une écriture d’une haute tenue, exigeante, à la fois brève et précise. C’est un livre, aux vers vifs, écrit sous la dictée de la voix. Car, si l’écriture de Katia a changé au fil du temps, en s’affirmant, en gagnant en précision notamment, elle reste une écriture portée par sa voix même, par la clarté de son « chant ».


La lune entre les dents
La lune entre les dents
Rémo Gary

Résumé :

"J'ai beau désormais le connaître, un peu, beaucoup, passionnément, Rémo Gary m'est toujours énigme, intrigue, type pas comme les autres. Je n'ose m'imaginer l'alchimie de son écriture, ses alambics d'expression, ses cornues tortueuses filtrant le vocabulaire et ses possibles déclinaisons. Je dis je n'ose mais serais curieux d'être petite souris prélevant ma part de grimoire, de vers parcheminés, de fiévreux manuscrits... Mais se limiter à pétrir les mots c'est un peu nous rouler dans la farine. Gary fait son du sens et sens du son. Ses doigts travaillent tout autant nos vieilles idées, nos espoirs, nos utopies, que cette combinaison de vingt-six lettres qui les exprime tant bien que mal. En allant au-delà de lui, Gary va au-delà de nous, se surpasse en nous aidant à nous dépasser. Plus qu'un tambouilleur de mots, il est agitateur d'idées, subversif.", Michel Kemper, journaliste chanson.


La maison sans vitres
La maison sans vitres
Sylvie Fabre G.

Résumé :

Dans La Maison sans vitres , Sylvie Fabre G. nous propose une manière d’autobiographie littéraire à travers les œuvres des peintres et des écrivains qui accompagnent sa vie et prolongent son geste artistique. Chroniques, articles, mises en perspective, cheminements communs, illustrations amies, tout ici fait figure de signe et de signe distinctif. La Maison sans vitres témoigne d’une aventure commune, menée avec les écrivains, les artistes et les éditeurs qui m’accompagnent depuis des années. L’échange avec eux a nourri ma vie et ma poésie de façon indissociable. Ne sommes-nous pas des êtres d’appel et de dialogue jusque par-delà la mort ? Écrire, peindre, éditer, lire, c’est être convié et convier au partage de la beauté qui est aussi bonté et vérité, c’est vivre, comme le rappelle Patrick Laupin, « de possibles retrouvailles ». Si chacun porte un seul monde en soi, il peut l’enrichir avec le monde de l’autre et établir les passerelles. Mots, formes et couleurs tissés à l’intérieur de nous ont un langage qui oriente notre sensibilité, les sensations et le sens. Ils offrent un partage et la promesse d’un bonheur.


La poésie sauvera le monde
La poésie sauvera le monde
Jean-Pierre Siméon

Résumé :

Depuis les temps immémoriaux, dans toutes les civilisations, dans toutes les cultures, orales ou écrites, il y eut des poètes au sein de la cité. Ils ont toujours fait entendre le diapason de la conscience humaine rendue à sa liberté insolvable, à son audace, à son exigence la plus haute. Quand on n’entend plus ce diapason, c’est bien la cacophonie qui règne, intellectuelle, spirituelle, morale : le symptôme justement d’un abandon, d’une lâcheté et, bientôt, d’une défaite. Pour Jean-Pierre Siméon, il est donc urgent de restituer à notre monde sans boussole la parole des poètes, rebelle à tous les ordres établis, moraux, sociaux et politiques. Pas de malentendu : si la poésie n’est pas la panacée, si elle n’offre pas de solutions immédiates, elle n’en est pas moins indispensable, d’urgente nécessité même, parce que chaque poème est l’occasion, pour tous sans exception, de sortir du carcan des conformismes et consensus en tout genre, d’avoir accès à une langue insoumise qui libère les représentations du réel, bref, de trouver les voies d’une insurrection de la conscience.


Hommes de l’avenir, souvenez-vous de nous !
Hommes de l’avenir, souvenez-vous de nous !
Une anthologie pour saluer Guillaume Apollinaire.

Résumé :

« Hommes de l’avenir, souvenez-vous de moi... », s’exclame Guillaume Apollinaire dans « Vendémiaire », le poème qui clôt son recueil Alcools, paru en 1913. Cinq ans plus tard, le poète disparaissait à trente-huit ans, terrassé par... la grippe espagnole, le 9 novembre 1918, deux jours avant l’armistice qui mettait fin à la Première Guerre mondiale. Pour aider à « se souvenir », à travers l’auteur de Calligrammes, des dix millions de victimes de la Grande Guerre, le présent ouvrage réunit, dans la diversité de leurs voix, onze poètes ou écrivains de notre temps. Et regroupe aussi, outre le texte du spectacle créé à l’occasion de ce centenaire, une vingtaine de dessins dus à de jeunes artistes, qui ont aujourd’hui l’âge qu’avaient la plupart des combattants de 14-18.

SAMANTHA BARENDSON • GABRIEL BELMONTE • ALAIN FISETTE • ALAIN FREIXE • ALBANE GELLÉ • AHMED KALOUAZ • MICHEL KNEUBÜHLER • EMMANUEL MERLE • RAPHAËL MONTICELLI • PAOLA PIGANI • FRANCIS PORNON • JEAN ROUAUD

Autant de contributions pour redire avec un autre grand poète du 20e siècle, Jacques Prévert : « Quelle connerie la guerre ! ». Et quel précieux bienfait que la paix... Une vingtaine de dessins choisis parmi ceux réalisés, sous la houlette de leur enseignant, Dominique Simon, par cent quarante – oui, cent quarante ! – étudiants de l’École Émile-Cohl illustre cet ouvrage. Cet ouvrage est publié à l’occasion du Centenaire de la Paix (Ville de Lyon), du Magnifique Printemps 2018 et en écho à la Polyphonie poétique créée par le Théâtre des Marronniers.